SOLO SHOW / REVEALING

LAURA GARCIA-KARRAS

BEIRUT ART FAIR​ 2017

* ENGLISH VERSION BELOW

Créée en 2016, la galerie Comparative, Paris engage une discussion entre artistes modernes français et internationaux (parmi lesquels figurent notamment W. Lam, S. Charchoune, T. Maekawa, A. Lanskoy ou encore F.-X. Lalanne) et artistes émergents.

 

Pour la Beirut Art Fair, la galerie Comparative présente un solo show de Laura Garcia-Karras, peintre franco-grecque née en 1988. Peintre originellement abstrait, Laura Garcia-Karras n’a de cesse de mettre l’abstraction à l’épreuve de saillies figuratives et de questionner ainsi les différents degrés de la représentation. L’artiste est héritière d’une longue tradition de peintres modernes, de Pablo Picasso pour son travail de recherche incessante au sein des possibilités plastiques jusqu’à l’art américain gestuel d’une Joan Mitchell.

 

Laura Garcia-Karras crée pour la Foire une composition monumentale à partir de trois œuvres. Dans cette proposition et plus particulièrement encore dans l’œuvre centrale (image ci-dessous), elle fait une interprétation de son fantasme de Beyrouth, un fantasme de la ruine et de la reconstruction. Une maxime de Khalil Gibran, « Toute lutte dans la vie n’est qu’un chaos qui aspire à l’ordre », résonne tout particulièrement avec la confrontation qui y existe entre méandres ancrés, tuyaux ordonnés, d’une part, et motifs végétaux circulant en tous sens, explosion de gestes picturaux, d’autre part, évoquant les squelettes de bâtiments beyrouthins dans lesquels la végétation occupe aujourd’hui la place des étages et des appartements de jadis.

 

L’immeuble beyrouthin L’Orient et le bâtiment qui le côtoie sur l’esplanade Ajami, actuellement en construction, représentent deux squelettes inversés : l’un qui est le reste de ce qui a été, l’autre qui est la racine de ce qui sera. Dans cet esprit de cohabitation des différentes temporalités, la couche picturale supérieure est ajourée grâce à la technique de découpe miniaturiste dont use l’artiste. Chaque couche remonte ainsi à la surface comme dans un travail de fouille archéologique. Les méandres qui encadrent la nature, qui la régulent et l’organisent sont alors autant d’incarnations du cadrage qu’est le tableau et autant de mises en abyme de ce qu’est une image.

 

+ + + 

Founded in 2016, Galerie Comparative, Paris, engages a dialogue between modern artists, both French and international, including S. Charchoune, W. Lam, T. Maekawa, A. Lanskoy or F.-X. Lalanne, and emerging artists.

 

For the Beirut Art Fair, Galerie Comparative presents a solo show by Laura Garcia-Karras, a Franco-Greek painter born in 1988. If her work originates from the field of abstraction, she keeps putting it at risk by instilling figurative juts and thus questioning different degrees of representation. The artist is heir to a long tradition of modern painters, from Pablo Picasso for his relentless research within the plastic possibilities to the gestural American art of Joan Mitchell.

 

In the fair, Laura Garcia-Karras creates a monumental composition, based on three paintings. In the central one (see image below), she interprets her fantasy of Beirut, a fantasy of ruin and reconstruction. In this painting, a geometrical meander is confronted to plant motifs, circulating in all directions, represented by an explosion of pictorial gestures. This artwork evokes a relation between chaos and order that can be reflected by the skeletons of certain Beirut's buildings, in which the vegetation now occupies the place of the floors and apartments of yesteryear.

 

On Ajami Square, the Beirut edifice of L’Orient-Le Jour and the building aside, currently under construction, represent two reversed skeletons: one which is the rest of what was, the other the root of what will be. In this spirit of coexistence of different temporalities, in the same way that vegetation infiltrates buildings, the upper pictorial layer is perforated thanks to a miniaturist cutting technique. Each layer thus rises to the surface as in an archaeological dig.  

 

+ + + 

 


Informations 
 
BIEL
Beirut International Exhibition & Leisure Center
Centre ville, Beyrouth, Liban
Tel: + (961) 1 99 55 55
info@beirut-art-fair.com
 
HORAIRES
Vernissage  
Jeudi 21 septembre 2017: de 18h à 22h (sur invitation)
Ouverture au public 
Du vendredi 22 au dimanche 24 septembre de 15h30 à 21h30

Laura Garcia-Karras, Sans Titre, 2017, Huile sur toile, 162 x 130 com
Courtesy de l'artiste et Galerie Comparative

OEUVRES EXPOSÉES / EXHBITED WORKS

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

© 2016 par Galerie Comparative

10, rue des Beaux-Arts 75006 Paris, France